La 12e édition du Fenacmis bat son plein.
Les Festivaliers vont rivaliser de talents, à travers entre autres le théâtre, la danse, le Grand journal. (Dr)

Cette année, ce sont plus de 8000 festivaliers qui vibrent au rythme du Fenacmis dans la région de Gbêkê, autour du thème « Contribution des arts et de la culture à la responsabilisation de la communauté éducative pour une école de qualité ».

Pendant cinq jours, les concurrents venus de plusieurs directions régionales de l’éducation nationale et de l’alphabétisation vont rivaliser dans l’expression de leurs talents, à travers le théâtre, la danse, le Grand journal, chant-choral, poésie, peinture, design, tissage de pagne, cinéma, cuisine et les arts numériques, sans oublier les activités éco-citoyennes.

Lancé en 2012, le Fenacmis se positionne désormais comme l’une des activités prioritaires en matière d’éducation à la citoyenneté du ministère de l’éducation nationale et de l’alphabétisation. Et cette édition est la 6e qui se tient à Bouaké.

Selon le commissaire général de ce festival, François Fossou, il s’agit de créer un véritable ancrage entre les activités pédagogiques et les activités pratiques de vie courante, aux fins d’amener l’enfant à adopter un comportement respectueux de l’ordre public et de son environnement.

L’édition 12 de cette attraction artistique et culturelle prendra fin le samedi 15 juillet 2023, avec la restitution des résultats sur le boulevard du carnaval.

Eugène Kouadio

Article précédentBientôt le forum africain de l’Industrie
Article suivantSpacia.ci sollicite le partenariat de la presse pour mieux lutter contre la corruption