L’amélioration du cadre de vie des populations ivoiriennes est une préoccupation majeure du gouvernement ivoirien. A ce titre, la direction de la promotion, de l’animation et de suivi des comités de salubrité et d’hygiène (Dpasch) du ministère de l’assainissement et de la salubrité (Minass), a initié un atelier de renforcement des capacités des comités locaux d’assainissement, de salubrité et d’hygiène (Clash) des communes du district autonome d’Abidjan. C’était le mercredi 21 août 19 à la mairie de Treichville.

Au cours de cette rencontre les participants ont réfléchi sur les outils nécessaires à la bonne conduite des opérations d’assainissement et de propreté pour rendre perceptible l’implication des populations. De ce fait, ces travaux qui ont réuni 100 participants s’est articulé autour de deux thématiques. A savoir « Place des CLASH dans la politique d’assainissement et de salubrité » et « Organisation, composition et fonctionnement des CLASH ».

Cette plateforme a donc permis à Marie Claire Oulaï sous directrice de la Dpasch, de partager avec les participants, la stratégie et les orientations du Minass en matière d’assainissement et de salubrité. Les Clash ont été également informés sur leur rôle au sein de leur communauté et les attentes du Ministère vis-à-vis d’eux. Ils ont été instruits aussi sur les meilleures approches dans la conduite d’activités de salubrité pour l’atteinte des résultats escomptés. Entre autres mobilisation, qualité des opérations de nettoiement, pérennisation des acquis, etc. les acteurs ont en outre été dotés d’outils nécessaires pour la bonne conduite des actions d’assainissement et de salubrité.

Pour le 3e adjoint au maire de la commune hôte, Jean-Roger Mockey, représentant le ministre Albert François Amichia, les efforts déployés par le gouvernement pour moderniser et redynamiser la gestion des déchets sur toute l’étendue du territoire et particulièrement dans le District Autonome d’Abidjan, ne porteront que s’il y a une réelle implication des populations. C’est pourquoi Omer Kamelan, conseiller technique représentant le ministre Anne Désirée Ouloto, a dépeint le sombre tableau de l’environnement et du cadre de vie. Selon lui, le comportement des citoyens se manifestant par le jet des déchets ménagers et assimilés dans les rues et caniveaux traduits généralement l’état d’insalubrité des villes. Aussi a-t-il insisté sur l’implication de la population dans l’assainissement.  « Sensibiliser la population sur l’intérêt de la propreté pour les ménages car la santé peut être affecté par des maladies liées à l’insalubrité. Notamment la dengue et la fièvre jaune », a précisé le conseiller technique. Il a également invité chaque comité local à établir les règles de son quartier pour emmener la population à comprendre l’importance d’un cadre de vie propre d’une part. D’autre part, Omer Kamelan a mis l’accent sur l’application des recommandations techniques qui sont selon lui, une des clés du succès.

Le Clash est une structure regroupant les habitants d’un quartier, d’une zone ou d’une cité. Son champ d’action concerne exclusivement le nettoyage, la protection, la préservation et la garantie d’une propreté durable du cadre de vie.

Angeline Djérabé