Les églises et autres lieux de cultes ont rouvert leur porte au public suite à la décision d’élargissement des regroupements à 200 personnes par le gouvernement ivoirien. A ce titre les activités ont repris. Les célébrations dominicales également. Le constat a été fait ce dimanche 17 mai à la paroisse Notre Dame de l’incarnation de la Riviera palmeraie. Dans le district d’Abidjan.

L’engouement était grand du côté des fidèles chrétiens. Ils sont venus nombreux prendre part à la première célébration eucharistique, de la reprise de la vie communautaire. En effet, nuls ne voulaient rater l’occasion si bien que l’atmosphère était celle des grandes retrouvailles. « C’est mon premier bain de foule et je voulais surtout exprimer ma gratitude à Dieu et voir aussi les frères et sœurs en christ », a confié Mène Pascaline, une fidèle chrétienne.

Aussi pour mieux gérer ce flux humain, l’Eglise a-t-elle multiplié les messes et les lieux de cultes. C’est ainsi qu’à la paroisse Notre Dame de l’incarnation de la Riviera palmeraie, les fidèles ont été répartis sur deux sites. À savoir l’église paroissiale et la chapelle d’une communauté religieuse qui lui est attenante. Ce, afin de respecter les consignes gouvernementales qui limitent les rassemblements à 200 personnes.

Une expérience inédite qui a permis ce jour-là, de faire 16 célébrations. À raison de 8 huit par site.

En effet, privés d’eucharistie et de culte pendant deux mois, les croyants dans leur majorité étaient réduits à suivre les célébrations en famille à travers les médias et les Tic. « Notre pasteur nous communiquait le passage du jour avec des paroles d’exhortation. Donc on n’a pas senti la rupture », révèle Mme Véh, chrétienne évangélique. Dans sa confession religieuse, Assemblée de Dieu sise à Adjamé-Paillet 2, c’est dans le strict respect des mesures barrières que les cultes ont été faits.

Lire aussi: La Côte d’Ivoire enregistre le meilleur taux de guérison

Cependant, le vœu ardant des uns et des autres est que très rapidement soit éradiquée cette pandémie de la maladie à Covid 19. Afin que soient levées les différentes mesures barrières et que dans sa plénitude, la vie  reprenne. 

L.G.

Correspondance particulière