« Clap ivoire est devenu une plateforme d’échanges et de convivialité sous régionale. » c’est fort de cette conviction que le Dr Yao François, Dg de l’Office national du cinéma de Côte d’Ivoire (Onac-ci), a affirmé que le Festival-concours de courts-métrages destiné aux jeunes, à atteint la maturité cette année. C’était le 4 septembre 18, au Sofitel hôtel ivoire d’Abidjan, lors de la cérémonie d’ouverture de la 18e édition de Clap ivoire.

Pour la 18e édition du Festival-concours  de courts-métrages destiné aux jeunes de l’espace Uemoa, Dr Yao François, Dg de l’Onac-ci, a tenu à rendre un hommage aux acteurs du cinéma des différents pays membres, pour les efforts consentis en faveur de la renaissance de ce domaine. «…car l’avenir est radieux ; le cinéma est un secteur porteur par les emplois et surtout les ressources financières qu’il génère… », a-t-il soutenu. Avant d’encourager les cinéastes à la persévérance.

Le représentant de l’Uemoa, a, quant à lui déclaré que Clap ivoire est un rendez-vous incontournable qu’il convient d’accompagner. Pour ce faire, il est nécessaire selon lui, d’améliorer l’espace audiovisuel communautaire afin qu’il devienne un aire de créativité. Cette ambition est également partagée par « Canal+ », qui estime que l’Afrique doit prendre sa place dans le gotha de la création. A ce titre, le partenaire audiovisuel entend octroyer désormais une récompense financière au lauréat pour l’acquisition de matériels de haute technologie en vue d’améliorer les qualités de leurs productions à venir.

Selon Fausséni Dembélé, directeur de cabinet au ministère de la Culture et de la Francophonie, le cinéma est un pan important du programme d’activité de son ministère. « L’Etat de Côte d’Ivoire y croit et y investit énormément ». à tel enseigne qu’il est prévu prochainement l’ouverture selon le représentant de Maurice Bandaman, l’ouverture de deux salles de cinéma. L’une dans la ville d’Oumé et l’autre dans la région de Gbêkê.

Et pour cette édition de Clap ivoire, le Festival se rapproche de la population. Il sera éclaté et va s’articuler autour de plusieurs activités. Notamment une conférence inaugurale animée par Magalie Armand du Cnc et des table-rondes des directeurs de cinématographie dans la matinée, à la résidence le vaisseau. Il est prévu également durant le Festival, des projections gratuites de films en compétition, simultanément au cinéma Majestic du Sofitel hôtel ivoire et à l’espace Allocodrome de Yopougon-Niangon.

Angeline Djérabé