Les enfants et les adolescents sont également allés à la rencontre des grandes figures et du patrimoine mobilier et immobilier de l’Afrique.
Les enfants et les adolescents sont également allés à la rencontre des grandes figures et du patrimoine mobilier et immobilier de l’Afrique (Ph: Dr)

La deuxième édition du « Pharimana », Sommet Panafricain de l’Enfance et de l’Adolescence, Afrique, Caraïbe et Diaspora s’est tenue récemment au musée des civilisations et à la bibliothèque nationale d’Abidjan.

Placée sous l’Autorité morale du Royaume Brong (Abron), sous le Parrainage du Ministère de l’Education Nationale, avec l’appui institutionnel du Ministère de la Culture et la Représentation de la CEDEAO, l’événement a réuni différents peuples.

Notamment les jeunesses de la communauté nationale et étrangère qui ont tenu a marqué de leur présence la 2ème édition du « Pharimana » dont le but est le développement.  A travers nos valeurs endogènes, le maintien de la paix, de la cohésion et de l’harmonie sociale par des sketches, des danses et des cérémonies rituelles.

Lire aussi : La Culture africaine célébrée dans sa diversité au Masa 11

placé sous le thème “l’Afrique, une Culture, un environnement”, la plateforme, à permis aux jeunes de faire montre de leur talent dans plusieurs activités au programme. A savoir des prestations de danses et sketches. Egalement des travaux de réflexions en atelier ont permis aux enfants et aux élèves des différents établissements de partager certaines valeurs communautaires. Entre autres de comprendre la fonction des masques, le rôle des confréries traditionnelles, apprécier les tenues vestimentaires ivoiriennes et africaines ainsi que les coiffures.

Il faut stopper « l’Incendie culturel » et la perte d’identité culturelle

La 2ème édition de Pharimana a permis à la jeune génération de se plonger au cœur de la culture africaine. Avec la connaissance des langues, des noms, des danses et des instruments de musique. Les enfants et les adolescents sont également allés à la rencontre des grandes figures et du patrimoine mobilier et immobilier de l’Afrique.

En effet pour les organisateurs « Il faut stopper « l’Incendie culturel » et la perte d’identité culturelle préjudiciable au développement économique et social de l’Afrique. Cela, par la reconnexion de nos enfants avec les valeurs fondamentales du patrimoine. Pharimana Ayoh !!!!! », a déclaré Serge Otaworo, l’initiateur.

L’édition 2 du Pharimana à été rehaussée par la présence des leaders et présidents d’organisations culturelles, panafricaines. Notamment Ahousohoue Mohamed Fréjuce du Benin, Gotchanga Job de la Centrafrique, Kinda Joseph du Burkina. Egalement Traore Abdoul du Mali, Kem Hem du Cameroun, Olufémi John et Mensah Tété, respectivement du Nigeria et du Ghana étaient de la partie.

Angeline DJERABE