Accueil Actualités à la une L’Alliance pour la Paix en Côte d’Ivoire (APCI) a célébré la Journée...

L’Alliance pour la Paix en Côte d’Ivoire (APCI) a célébré la Journée internationale de la Paix à Bouaké

L’Alliance pour la paix en Côte d’Ivoire a célébré la journée internationale de la Paix. C’était ce mercredi 21 septembre 22. Avec pour thème, « La culture du "Libres ensemble" pour une paix durable et une jeunesse solidaire ».

0
38

C’est la salle de réunions de la Préfecture de région qui a servi de cadre à cette cérémonie qui a drainé plusieurs associations fédérées au sein de l’APCI. Le Président-fondateur de l’APCI, le Dr Biéré Nourgo a souligné que l’organisation de cette conférence est une nécessité pour inciter la jeunesse de Gbêkê a arboré les attributs de paix. « Ce 21 septembre est la Journée internationale de la paix. Etant donné que nous sommes une plateforme qui milite pour la paix, nous avons voulu marquer cette journée par une conférence. Et l’hôte de ce jour, est Ibrahima Diabaté, président du Conseil national des Jeune de Côte d’Ivoire (CNJCI). Il va s’adresser à la jeunesse de la Région de Gbêkê, de la nécessité d’aller à la Paix pour le développement de notre beau pays », a-t-il dit.

Pour le Président du CNJCI, sa présence vise à partager avec les jeunes de Bouaké, des valeurs de solidarité, complémentarité et de fraternité. « Le « Libres ensemble » fait appel à des notions que les jeunes doivent s’approprier. A savoir, la solidarité, la complémentarité, le renforcement du climat social et la diversité également que nous devons accepter. Nous devons accepter le fait qu’il y ait des gens qui pensent différemment. Et que cette divergence au niveau des opinions mais au niveau de nos cultures demeure une richesse pour la Côte d’Ivoire », a expliqué Ibrahim Diabaté.

En ce qui concerne le concept « Libres ensemble », il émane de l’Organisation internationale de la Francophonie et a été créé dans le cadre de la semaine de la Francophonie. Pour lutter contre la radicalisation et toutes formes de violences.

La cérémonie a été rehaussée par la présence des autorités préfectorales. Et aussi par la Direction régionale de la Promotion de la Jeunesse et de l’Emploi des jeunes.

Roger Kouadio